Cauchemars dans des tissus précieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cauchemars dans des tissus précieux

Message  Damy le Lun 25 Juil - 10:13

Où il est question des rapports Nord/Sud et de la civilisation au carrefour (titre d'un ouvrage de Radovan Richta)


À mesure qu'avance la civilisation, la poésie, presque nécessairement, décline.

Thomas Macaulay


Je vois cette soie ocre où s’affalent les troupes
Des crachats moribonds, des fumées et des dieux
Que des enfants hagards boivent de leurs grands yeux,
Pleurant les seins des sœurs aliénant leurs croupes,

Un voyage onirique au bord des nuits sans lune
Où festoient indolents les djinns de la lagune.

Je vois ce satin gis dont se voilent les mers
Voguant sous des vaisseaux où les peureux s’exilent,
Pêchant d’un corps des leurs un requin blanc tranquille
Et bravant l’escadron des despotes amers,

Un soleil insolent aux plages de l’azur
Où baisent impuissants les lézards sous le mur

Je vois sous l’organdi des corsages orange
Des boules oppressées qui n’ont plus de plaisir,
Quand sur le sable brun seul un grain d’élixir
Inonde les palais des bébés et des anges,

Un lait de perles d’or sur la peau de ces dames
Fripée, molle, exaltant le désir des vidames.

Je vois sur les lampas des lits aux aveux noirs
L’empathie des complots que trame la confesse,
Pour ne plus qu’espérer qu’enfin Narcisse naisse
Laissant sans embarras pourrir l’autre aux saignoirs,

Des yeux clos, reposés, somnolant près du ciel
Quand aux enfers l’impie ingurgite son fiel.

J’entends les échos sourds des cascades de l’ombre,
Funérailles aisées au parfum d’encensoirs,
Eclaboussant d’orgueil le revers des miroirs,
Râler sous la fenêtre où le voile clair sombre,

Un cercueil douloureux où le linceul commun
Drape dans son dralon et l’apôtre et l’aucun.

Je suis bien sûr ouvert à toutes les questions que susciterait ce poème


Damy
Membre
Membre

Messages : 39
Réputation : 3
Date d'inscription : 25/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cauchemars dans des tissus précieux

Message  Llew le Lun 25 Juil - 21:10

Je suis un peu pénible sur la technique (d'ailleurs mon amie me le reproche lol), j'ai relevé un passage ou la césure tombe mal selon moi :

"Un voyage oniri:que au bord des nuits sans lune"

La césure aurait du tomber après le que, non ?

llew




avatar
Llew
Membre actif
Membre actif

Messages : 165
Réputation : 1
Date d'inscription : 20/07/2011
Age : 47
Localisation : région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cauchemars dans des tissus précieux

Message  Damy le Lun 25 Juil - 22:28

Un /vo(i)/ya/ge o/ni/ri/que au /bord /des /nuits/ sans/ lune"

Le e muet de oniriquE à la césure est élidé par la voyelle a et le son "o" de "au" qui suit. => ça colle.

Je serais aussi assez content que vous me disiez cz que vous évoque ce poème, quel est votre ressenti...

Damy
Membre
Membre

Messages : 39
Réputation : 3
Date d'inscription : 25/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cauchemars dans des tissus précieux

Message  liltitch le Mar 26 Juil - 3:47

Ecriture lyrique et fluide, coulante, du vocabulaire religieux, des références culturelles, un bon nombre de coups de canifs dans le contrat avec la poésie classique, des images puissantes pas amenées au bout, se succédant dans un rythme rapide, créatrice d'émotion, voilà une écriture qui me dit quelque chose...
Dites moi, qui donc pourrait-elle me rappeler?

lil
avatar
liltitch
Membre actif
Membre actif

Messages : 84
Réputation : 6
Date d'inscription : 20/07/2011
Age : 52
Localisation : Hauts de Seine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cauchemars dans des tissus précieux

Message  Damy le Mar 26 Juil - 10:03

Merci Lil

Votre commentaire s'attache plus à la forme qu'au sens.
Sur la forme, je ne vois pas très bien où il y a "des coups de canifs dans le contrat de la poésie classique". Et j'aimerais savoir ce que vous entendez par "images puissantes pas amenées au bout".

Sur le sens, s'il échappe au lecteur, alors je pourrai dire que je n'ai pas rempli mon contrat de poète.

Je vous mets sur la piste: les "tissus précieux" sont les tissus dont s'enrobent les puissants (la soie, le satin, l'organdi), les dominés n'ont au mieux que des draps en dralon. Le premier quatrain décrit le paysage des dominés sous les dictatures qui leur crachent dessus et évoque la traite des noires (c'est curieux qu'ici l'on n'évoque que la traite des blanches...). Les petits frères n'ont que leurs grands yeux affamés pour pleurer.
Chaque quatrain évoque une situation particulière dans ce rapport dominant/dominé, Nord/Sud. Et les distiques sont des satires (à la Siné peut-être) sur les dominants.

La poésie engagée, à mon sens, si elle ne veut pas être pamphlétaire, doit effectivement user d'images puissantes. Mais si les métaphores cachent le message, alors le poème est à réécrire éventuellement.

Bien à vous.

Damy
Membre
Membre

Messages : 39
Réputation : 3
Date d'inscription : 25/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cauchemars dans des tissus précieux

Message  K-line le Mar 26 Juil - 12:42

Je vois les têtes de ces cauchemars bien lovés dans des tissus précieux comme la pointe d'un iceberg...
Ils se reproduiront encore et encore car le pouvoir des nantis a toujours contrôlé l'humanité...
Un bon texte engagé dans une belle prosodie. Merci pour la réflexion.
avatar
K-line
Membre
Membre

Messages : 28
Réputation : 3
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cauchemars dans des tissus précieux

Message  Llew le Mer 27 Juil - 21:37

Damy a écrit:Un /vo(i)/ya/ge o/ni/ri/que au /bord /des /nuits/ sans/ lune"

Le e muet de oniriquE à la césure est élidé par la voyelle a et le son "o" de "au" qui suit. => ça colle.

Je serais aussi assez content que vous me disiez cz que vous évoque ce poème, quel est votre ressenti...

Effectivement, pour la technique autant pour moi.

Quand au texte en lui-même il est vrai que j'ai un peu du mal avec le pamphlétaire dans le style lyrique, disons que je ne trouve pas cela assez direct...

Donc de belles métaphores, mais je ne sais pas si la métaphore ne tue pas la métaphore.

Cependant même si j'ai plutôt tendance à écrire dans un style direct, je me demande si un poème ne doit pas se contenter d'évoquer sans philosopher ?
avatar
Llew
Membre actif
Membre actif

Messages : 165
Réputation : 1
Date d'inscription : 20/07/2011
Age : 47
Localisation : région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cauchemars dans des tissus précieux

Message  Orange le Mer 27 Juil - 22:30

Je me suis drapé l'oreille de vos tissus précieux, de leur musique sombre et lyrique à souhait, j'ai aimé le rythme endiablé et fougueux, l'orage des métaphores, la colère qui y gronde...N'attendez pas de moi, un décryptage et une analyse technique de vos vers, je n'en n'ai ni le désir, ni les compétences...
J'ai tout simplement aimé ce souffle ombrageux qui explose sous vos lignes...
merci
Bravo

Orange

Orange
Membre
Membre

Messages : 19
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/07/2011
Age : 53
Localisation : Madrid

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cauchemars dans des tissus précieux

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum