Le surréalisme ( Pierre Chavot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le surréalisme ( Pierre Chavot)

Message  Llew le Sam 23 Juil - 11:36

Le mot "surréalisme" fait aujourd'hui partie du langage courant. Il illustre ce qui n'est pas ordinaire, ce qui échappe à toute réalité, ou ce qui dépasse l'entendement. Mais son sens s'est élargi, au point que nous en oublions son origine. L'invention du mot surréalisme revient à Guillaume Apollinaire (1880-1918), poète attentif aux avant-gardes artistiques et bénéficiant d'une aura auprès de jeunes créateurs. André Breton, jeune homme de vingt et un ans, assiste le 24 juin
1917 à la première d'une pièce, Les Mamelles de Tirésias, que l'auteur, Apollinaire, qu'il estime et avec lequel il correspond depuis deux ans, qualifie de "drame (action) surréaliste" pour montrer qu'un sujet sérieux ("un homme qui fait des enfants" car "on ne fait plus d'enfants en France parce qu'on n'y fait plus l'amour.") peut-être traité sur le mode de l'humour. Il ne s'agit pas d'imiter la réalité, mais de provoquer le rire en rompant avec la convention. Deux ans plus tard, Breton fonde avec deux amis, Louis Aragon et Philippe Soupault, une revue, Littérature, que rejoint bientôt Paul Eluard. L'équipe est séduite par un mouvement né en Suisse, le turbulent dada, pour lequel Breton écrit en 1920 un article dans la revue NRF.
Il y reprend le mot surréalisme pour qualifier cette fois ce qui entoure la forme originale d'écriture automatique qu'il explore avec ses compagnons. Ce groupe devient surréaliste à part entière et rompt avec les dadaïstes en 1922.

Reprenant le procédé des dictionnaires, Breton définit le surréalisme dans le premier Manifeste du surréalisme paru en octobre 1924. "En hommage à Guillaume Apollinaire, qui venait de mourir (...), Soupault et moi nous désignâmes sous le nom de SURREALISME le nouveau mode d'expression pure que nous tenions à notre disposition et dont il nous tardait de faire bénéficier nos amis (...)
SURREALISME, n.m. Automatisme psychique pur par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale.
Enc. Philos. Le surréalisme repose sur la croyance à la réalité supérieure de certaines formes d'associations négligées jusqu'à lui, à la toute puissance du rêve, au jeu désintéressé de la pensée. Il tend à ruiner définitivement tous les autres mécanismes psychiques et à se substituer à eux dans la résolution des principaux problèmes de la vie." Breton livre ensuite la liste de ceux qui, au présent ou au passé, ont fait ou font "acte de SURREALISME ABSOLU". Dans les années 1920, le surréalisme connaît un véritable "âge d’or" avec la parution d'oeuvres majeures, l'exploration pionnière de domaines multiples entourant l'homme et sa capacité de création, sa relation avec le monde et les sociétés. En 1929, des dissensions internes et des désaccords motivent des départs. Le groupe accueille de nouveaux membres et continue ses recherches. Après la Seconde Guerre mondiale, qui l'a dispersé, il reprend ses activités jusqu'en 1969, date officielle de sa disparition après un demi-siècle d'existence. Mais l'esprit surréaliste, ou plutôt le "comportement surréaliste" pour reprendre Maurice Nadeau, a marqué durablement les mentalités artistiques et collectives du XXe siècle.

Des prémices à la maturité (1916-1924)

Le surréalisme occupe une place à part dans l'Histoire. Par sa nature, il échappe
à tous les critères d'une étude "classique": sa complexité, sa dimension collective, son rayonnement international unique, la pléiade d'écrivains et de peintre qui l'ont animé et grandi avant de le quitter, la politique, son aspiration révolutionnaire, son refus de céder aux modes, l'omniprésence et l'empreinte de Breton... Le temps ne peut en effet s'appliquer à "ce qui ne fut ni système, ni école, ni mouvement d'art ou de littérature, mais pure pratique d'existence".
Le surréalisme plonge cependant ses racines dans un événement très historique:
le cataclysme géographique et humain que fut la Première Guerre mondiale, qui sacrifia une génération, laissant des plaies morales, physiques, économiques et géographiques dont nous ressentons encore les effets. Après cette grande Guerre, l'Europe vit une grande partie de ses frontières changer par les traités des politiques, les peuples réclamer leur "droits à disposer d'eux-mêmes" comme le proclamait Lénine, les femmes revendiquer des avancées sociales légitimes. La colère se mit à monter, provoquant des grèves et des révoltes ouvrières, amenant aussi des courants de pensée à s'interroger sur la part de l'homme qui avait pu entraîner une telle catastrophe et à se déterminer sur une nouvelle aventure humaine.

Source : L’ABCdaire du Surréalisme, Pierre Chavot, Flammarion, 2001
avatar
Llew
Membre actif
Membre actif

Messages : 165
Réputation : 1
Date d'inscription : 20/07/2011
Age : 46
Localisation : région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum