Je ne suis plus mastoc.

Aller en bas

Je ne suis plus mastoc.

Message  freling le Mer 20 Juil - 7:23

Je ne suis plus de cette galaxie armée de béton, de toc, de ferraille, de buildings écrasants
De villes assassines, de boulevards fantômes, d’échangeurs crachant, enfumés et grouillant,
Bureaux hypnotiques passé dix heures du soir, festons de tentacules, ces sièges calamiteux
Prosaïque assurément, j’avance vers un printemps, je m’éloigne d’hiver, aux ailleurs je tends
Fuyant les temples aux parkings goudronneux, je ne suis plus d’ici milles exquises excuses.

Foin d’une administration gutturale, bruits tapageurs de klaxon, cris en dégueulades
Foin de l’univers natif, beaufs de carnaval, foin d’une humanité tatouée de tabloïdes
Bombant les torses, machistes en pente glissante, parle haut, cabots en partance
Les chasseurs imbibés, les charognards Dollar, ostracisme point mais, las, quêtant l’art.
Loin des armées, chiens de fusil, beuglements, champs guerriers, chants de bataille
Les finisseurs de femmes, violeurs d’enfants, la mort, le sang, les guérilleros
Les balles perdues, les bombinettes, les sombres héros, chars soldatesques
Les stades électriques, supporters haineux, les cris, les hooligans, ces lions
Marginal hurluberlant, soupçonnera-t-on céans, point de cette humanité là, extralucide acide
De cette caricatude, de cette désuétude, ô désolé je ne serais pas.

Est-ce là vraiment l’espèce humaine, ecce homo, mouroirs, cités d’affaire déterrées
Ces plans de carrière, ces cadres remontés, commerciaux bavards, carriéristes patentés
Ces humiliations, ces sourires glissés, ces sourdines muées en calomnies de machine à café
De ces carnavalesques chefs de sévices, ces réunionnites travaillesques aux ramures de stress
De ces vantardises de cafard, ces invectives, ces incisives mordantes pardon si je n’en suis.
Les fumées d’usines, les entrepôts bêlants, les carcasses de fer, les cheminées Sévezo
Les squelettes industrieux barrant l’horizon, les pollutions jaunâtres, les rivières gluâtres
Les raffinements pétrolifères, les étangs de fer, charognard de la beauté, je fouille
Aussi, ces rues désertes, ô dortoirs de banlieue, adolescents Nike, berlines brûlant
Et coule la violence, et coule le dérisoire désiroir, problématique vortex, vertige
Hors de cette matière brute née d’un monde feu, je vous prie de croire, désolé, je fus.

Poète exilé, questant l’esthétique du verbe, j’ai une diffuse douleur, je ne l’endure plus
J’avoue mon handicap, mon cœur fourbu, la force le primaire le roc et ses enfants
Le laid l’insultant le caricatural le violent l’imposant l’écrasant le trauma crissant
Quelque chose en moi chante l’amour blessé, quelque chose en moi chante l’amour tronqué
À tous salut, je ne suis plus mastoc, ma vie est un musée imaginaire.


Dernière édition par freling le Lun 25 Juil - 19:39, édité 2 fois

freling
Nouveau membre
Nouveau membre

Messages : 5
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Soufflée

Message  liltitch le Mer 20 Juil - 22:12

Soufflée du souffle qui vous soulève le corps pour extérioriser les toxines citadines. J'ai si bien connu ce que vous décrivez que j'y trouve toute l'île de France en quelques images bruyantes agressives, arrogantes et blessantes, qui sont devenues l'image de la France dans un nombre conséquent de pays du monde...Votre texte est un bon cru qui place la barre haut. Je note seulement que le séant ne sied pas céans pour dire ici et maintenant... Petite faute pardonnée, que vous pourrez corriger sur votre post. Et le mot mastoc me heurte un peu, je suppose que c'est volontaire, mais il créée une dysharmonie à mon humble avis.

J'ai cru un instant que vous aviez quitté la France pour les tropiques. Au lieu de cela vous voilà parti au fond de vous même, petit escargot enroulé dans votre coquille, regardant de l'antre le fond sombre... Il y a des ailleurs paisibles où le malheur chante une plus jolie chanson. Songez-y.

Mais s'il vous plaît, écrivez encore...

Lil
avatar
liltitch
Membre actif
Membre actif

Messages : 84
Réputation : 6
Date d'inscription : 20/07/2011
Age : 53
Localisation : Hauts de Seine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis plus mastoc.

Message  daniele dossot le Ven 22 Juil - 9:01

textes à clamer à haute voix dans ce que Flaubert appelait un gueuloir! j'aime, mais j'ai du mal à les lire sur un écran!!
Poète exclue, bienvenue au club!!

daniele dossot
Membre
Membre

Messages : 48
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis plus mastoc.

Message  Babylon5 le Ven 22 Juil - 9:10

Je me sens en fraternité avec ce texte.

Babylon5
Membre actif
Membre actif

Messages : 52
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 65
Localisation : Yonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis plus mastoc.

Message  jo hubert le Ven 22 Juil - 16:45

Quel réquisitoire et quelle éloquence !

La révolte est jubilatoire et contagieuse, on ressent le plaisir de claquer la porte et on a envie de te suivre.

Un excellent moment de lecture, en tout cas. J'en redemande !



avatar
jo hubert
Membre
Membre

Messages : 39
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 71
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur http://boriseloi.be/galerie-virtuelle/hubert/presentation.html

Revenir en haut Aller en bas

superbe

Message  daniel guimond le Lun 25 Juil - 11:05

Très cool, bcp de beaux flashes! Merci

daniel guimond
Nouveau membre
Nouveau membre

Messages : 6
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis plus mastoc.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum